Le fils de Jean

Le fils de Jean

L’histoire : Il ignorait tout de son père. Pourtant, un appel téléphonique, soudain, lui apprend que celui-ci était Canadien et qu’il vient de mourir. Alors, Mathieu, à 33 ans, se décide à traverser l’Atlantique et aller à la rencontre des deux demi-frères dont il ne connaissait pas jusqu’ici l’existence. Lorsqu’il débarque à Montréal, personne ne semble s’intéresser à lui. La quête des racines n’aura rien d’évidente.

Notre avis : Il y a le spectaculaire auquel il est difficile d’échapper. Et puis il y a l’autre côté des choses : l’intime. Philippe Lioret, justement, s’attarde volontiers sur l’indicible, les liens qui unissent les uns aux autres, les histoires secrètes du quotidien. Il les filme au travers de personnages qu’il approche sans fard, sans heurt et qu’il révèle au fur et à mesure des circonstances. Ici, le « héros » est à la recherche de l’inconnu, en traversant l’océan et en se confrontant à une vérité qu’il ignorait. La mise en scène est à la hauteur et l’on ne peut rien reprocher aux comédiens, tout en nuances. Simplement, le film manque-t-il un peu de force émotionnelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.