Cézanne et moi

Cézanne et moi

Le pitch : En 1886, Émile Zola publie le quatrième volume de la saga des  Rougon Macquart. Il y met en scène Claude Lantier, un peintre « maudit ». En découvrant l’œuvre, Paul Cézanne croit se reconnaître dans le portrait et cette ressemblance a l’art de l’exaspérer. Il fait part de sa colère à l’écrivain à l’occasion de retrouvailles tourmentées. Durant cette rencontre, les deux hommes évoquent aussi leurs souvenirs communs et notamment les moments d’enfance partagés.

Notre avis : « Cézanne et moi »… A moins que ce ne soit « Zola et moi »… La productrice et réalisatrice Danièle Thompson remonte le temps et renoue le fil de l’amitié entre le peintre lumineux et l’écrivain à la fibre sociale. Ils se sont tant … fréquentés puis brouillés tandis que le XIXème siècle abordait ses derniers chapitres. Sur le grand écran, les deux hommes se côtoient, ils s’admirent, s’estiment, s’affrontent, de la Provence à la capitale, sous le soleil ou dans la grisaille. Au delà de ce face à face artistique et amical, le film distille de superbes images et bénéficie de dialogues inspirés. Guillaume Galienne interprète avec maîtrise Cézanne et Guillaume Canet devient Zola, l’espace d’un film.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.