Un léger mieux sur le front de l’emploi

Un léger mieux sur le front de l’emploi
Sur le site pôleemploi.fr, plus de 500 offres d’emploi sont disponibles dans les métiers du BTP actuellement (© Illustration ciments Calcia)

Les responsables de Pôle Emploi ont dressé récemment le bilan de l’année écoulée. Dans un contexte économique plutôt favorable, le Puy-de-Dôme a connu une baisse du nombre de demandeurs d’emploi en 2018. Dans la catégorie A (aucune activité déclarée), leur nombre était de 30.271, soit une diminution de 2,6 %, et pour toutes les catégories confondues (A, B et C), ce chiffre a atteint 53.105 personnes (- 1,1%).

« Le taux de chômage dans le département est de 7,9 % mais il présente des disparités avec 7,7 % sur la métropole clermontoise et 10 % sur le bassin de Thiers », observe Jérôme Faure, Directeur de Pôle Emploi Puy-de-Dôme.

L’an dernier, 59 % des personnes frappées par le chômage ont retrouvé un travail dans les 12 mois qui ont suivi, mais seules 500 créations d’emploi ont été comptabilisées (24.000 sur la Région Auvergne-Rhône-Alpes). L’organisme, qui note cependant un meilleur retour à l’emploi (38.200), chiffre en hausse de 18,9 % par rapport à 2014, a versé plus de 300 millions d’€ d’indemnités aux chômeurs puydômois. Parmi eux, 76,7 % étaient satisfaits des informations liées aux allocations. Alors que Pôle Emploi a développé une offre de services à destination des cadres, plus de 4.000 personnes ont fait l’objet d’un accompagnement poussé.

« A travers une convention signée avec le Conseil départemental, nous faisons de la personnalisation pour ceux qui en ont le plus besoin. Nos conseillers, qui s’occupent de ces personnes, gèrent des portefeuilles de 70 à 80 demandeurs d’emploi alors que ce chiffre peut monter jusqu’à 350 pour les chômeurs les plus autonomes », précise Jérôme Faure.   

Début février, 4.400 offres d’emploi étaient disponibles sur poleemploi.fr. « 47 % sont en CDI et 37 % d’entre elles nécessitent moins d’un an d‘expérience. »

Parmi ces offres, 735 concernent des métiers dans l’industrie, 758 dans les services à la personne et 529 dans le bâtiment et les travaux publics. Parmi les métiers en tension qui recrutent, figurent ceux de cuisinier, serveur et employé polyvalent en restauration, assistance auprès d’adultes, conduite de transport de marchandises sur longue distance, assistanat commercial ou encore électricité/bâtiment.              

Jérôme Faure a rappelé que le CV et les diplômes ne faisaient pas tout et que les employeurs recherchaient désormais des compétences.

« On travaille sur la valorisation des compétences, des savoirs et savoir-être », a-t-il indiqué en substance.