Le succès du CDI intérimaire

Le succès du CDI intérimaire

Entré en vigueur le 6 mars 2014, le CDI intérimaire (CDII) s’impose progressivement sur le marché du travail comme une alternative. Au 30 septembre 2016, plus de 10 000 CDII ont été signés par les agences d’emploi et leurs salariés, selon Prism’Emploi. L’évolution du nombre de signatures révèle une montée en puissance progressive du dispositif, accélérée à partir de septembre 2015 grâce à la suppression du délai de carence (loi Rebsamen).

Les premiers candidats au CDI intérimaire sont les jeunes, à la recherche de sécurité. D’après une enquête Prism’emploi de février 2016, un tiers des signataires ont moins de 25 ans, une part plus importante que dans l’intérim classique (ils y représentent environ 25 %). Outil de la mise en oeuvre de la flexisécurité à la française, le CDII traduit l’engagement du secteur du travail temporaire pour dynamiser la mise à l’emploi.

Sécurité

Après avoir été force de proposition innovante, avoir conduit la négociation, le secteur recueille les fruits et les enseignements de ce nouveau contrat.  La recherche de sécurité est le premier objectif des candidats qui présentent des profils plus jeunes que dans l’intérim classique. « Le CDI Intérimaire est porté par la profession depuis 2011 comme un outil concret de flexisécurité. Grâce à l’engagement des agences d’emploi, plus de 11 000 contrats ont été signés à ce jour, témoignant de l’implication du secteur pour proposer de nouvelles solutions de mise à l’emploi » explique François Roux délégué général de Prism’emploi.

Le succès du CDI intérimaire
Waitress waiting for clients to decide cafe order restaurant terrace

Apanage des grands groupes du travail temporaire au démarrage, les signatures de CDII se diffusent aux PME qui y voient un outil pour fidéliser les intérimaires motivés et polyvalents, leur permettre de développer leur employabilité et sécuriser leur parcours. Sur le terrain, le CDI intérimaire s’est pleinement intégré à l’éventail des contrats existant. Les signataires, notamment les jeunes, satisfont leur besoin de sécurisation et nos clients apprécient leur motivation et leur compétence. » souligne Pascal Wespiser, président de Gezim et président régional de Prism’emploi Grand Est.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.