Jean-Yves Gouttebel : Président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme

Le président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme a inauguré, il y a quelques jours, les nouveaux locaux du Club de la Presse Auvergne, situés rue Urbain II, derrière la place Delille. L’occasion de revenir sur une actualité particulièrement chargée…

Jean-Yves Gouttebel : Président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme
Dans le contexte actuel, la maîtrise des coûts reste « une priorité absolue » pour le Département.

I – Quelles sont vos priorités pour la nouvelle mandature ?
J.-Y. G. – La priorité absolue reste de maîtriser nos coûts, car nous sommes confrontés à la baisse des dotations de l’Etat et à l’augmentation des charges liées à nos fonctions sociales, comme la solidarité. Cela représente près de 20 millions d’euros. Sans parler des conséquences de la loi NOTRe sur le plan fiscal, puisque la moitié de la CVAE – l’ancienne taxe professionnelle – va être donnée aux Régions. La situation financière se complique. L’Etat s’est progressivement désengagé des allocations de solidarité. Une trentaine de départements va être dans l’incapacité de présenter un budget en équilibre en 2016.
L’autre objectif du mandat est de continuer à remplir nos fonctions confirmées par la loi NOTRe, à savoir la solidarité sociale, générationnelle et territoriale, en encourageant par exemple le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes et en ouvrant l’offre d’hébergement ; ou en créant une plate-forme d’ingénierie pour les communes et les communautés de communes. La troisième priorité est l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO de la Chaîne des Puys et de la Faille de Limagne. Enfin, nous nous demanderons comment valoriser notre patrimoine historique, suite aux récentes découvertes archéologiques. Ma conception, c’est d’avoir un territoire équilibré. Or, j’observe une fâcheuse tendance à faire la course au chiffre, à la démographie…

I – C’est un peu l’inverse de ce que souhaite Clermont-Communauté, qui prépare son passage en communauté urbaine pour « grossir »…
J.-Y. G. – Des agglomérations moins importantes le font. Cette transformation va le sens de l’histoire. C’est surtout le statut juridique qui va évoluer, en offrant davantage de compétences à la communauté urbaine qu’aux communes.

I – Votre sentiment sur les élections Régionales de décembre ?
J.-Y. G. – (Il prend sa casquette de président départemental du Parti Radical de Gauche, NDLR) Le PRG est historiquement partenaire du PS. Il est naturel que nous discutions sur les Régionales. J’ai rencontré Jean-Jack Queyranne, pour voir si nous pouvions trouver un accord, sachant qu’il faut une représentativité géographique et sociologique.

I – Quel est l’avenir de la Halle aux Blés ?
J.-Y. G. – L’avenir de ce bâtiment intéresse beaucoup de monde, et pas seulement les journalistes. J’ai eu trois demandes pour y faire des activités en lien avec la culture. Certains projets sont plus avancés que d’autres. Nous en saurons plus avant la fin de l’année. Il n’y aura pas d’habitation : j’essaierai de faire en sorte que les acheteurs créent une valeur-ajoutée.

I – Votre priorité étant la solidarité, quelle est votre position quant à l’accueil de réfugiés ?
J.-Y. G. – Nous avons constaté un grand engouement sur ces questions. Mais ce domaine ne se prête pas à une compétition. Quand nous accueillons des réfugiés, ce n’est pas un concours de générosité : les conventions internationales s’appliquent. L’accueil de réfugiés relève de l’Etat, qui doit prendre sa part. Nous voyons aussi des entreprises se mobiliser, comme Michelin…Le département reste toutefois la principale collectivité concernée. Nous accueillons déjà des mineurs étrangers isolés. 180 jeunes sont hébergés. Cette politique au titre de la protection de l’enfance coûte 5 millions d’euros par an. Pour les réfugiés, nous jouerons notre rôle et nous accompagnerons, notamment en versant le RSA, qui coûte 2 millions d’euros pour 100 personnes.

CV

1949

Naissance le 24 août à Ambert

1984-1991

Adjoint au commissaire à l’aménagement et au développement économique du Massif Central

1991-1998

Directeur de Sodecco, société pour le développement de l’économie du Centre et du Centre-Ouest

Depuis 1998

Professeur associé à la Faculté de Droit et de Sciences politiques. Fondateur et consultant du Cabinet développement, entreprises et territoires

1977-2001

Adjoint au maire de Clermont-Ferrand, en charge des finances et du développement économique.

2004- 2014

Président du Conseil général du Puy-de-Dôme

2009-2015

Délégué régional Auvergne du Centre national de la Fonction publique territoriale

Depuis mars 2015

Président PRG du Conseil départemental du Puy-de-Dôme. Il est actuellement vice-président de l’Assemblée des Départements de France.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.