Jean-Claude Hugueny « L’installation des Linky commencera en septembre à Clermont-Ferrand »

Jean-Claude Hugueny « L’installation des Linky commencera en septembre à Clermont-Ferrand »
Il dirige une équipe de près de 430 personnes dans le département.

Entre les mouvements sociaux, le déploiement des compteurs Linky et les aléas climatiques, Enedis (ex-ERDF) a une actualité particulièrement… électrique. Son directeur départemental fait le point.

I – Beaucoup d’acteurs se partagent le secteur de l’électricité. Quel est le rôle d’Enedis ?
Jean-Claude HuguenyIl y a 20 ans, il n’y avait qu’un seul opérateur. C’était EDF. L’ouverture des marchés a ouvert à la concurrence la production et la commercialisation. Ce n’est pas le cas du transport, assuré par RTE, ni de la distribution, assurée par Enedis. La commission de régulation de l’énergie veille à ce que les frontières soient étanches entre ces trois mondes. Sur le Puy-de-Dôme, Enedis gère et entretien 18.000 km de lignes appartenant aux collectivités locales.

I – Certains hésitent à changer de fournisseur, de peur d’être moins bien servis en cas de défaillance du réseau…
J. C. H. – Le service est le même, quel que soit le fournisseur. Quand un client demande un raccordement, Enedis ne lui demande pas chez qui il a signé son contrat. Dans la tête des clients, ce n’est pas encore très clair. Le changement de nom et de logo devrait permettre de mieux faire la différence.

I – Quelles vos priorités pour l’enfouissement ?
J.-C. H. – La moitié du réseau est enfouie dans le département. Nous concentrons nos efforts sur le Livradois-Forez, le massif du Sancy et les Combrailles, davantage impactés par les aléas climatiques que la Limagne ou le Val d’Allier. Il faut savoir que depuis 1999, presque toutes les tempêtes sont passées par le Puy-de-Dôme. Résultat ? Nos investissements se portent à près de 40 millions d’euros par an. C’est plus que la moyenne nationale.

I – Des mouvements de grève ont impacté Enedis. Est-ce que l’Auvergne a été concernée ?
J.-C. H. – Oui. La région est toujours en pointe socialement ! Mais les agents ont une notion du service au public assez poussée. Pendant la tempête Zeus, 20 % de la population auvergnate était privée d’électricité, mais les grévistes étaient sur le terrain pour réparer les lignes. Aujourd’hui, les négociations se poursuivent au niveau national.

I – Où en est le déploiement de Linky ?
J.-C. H. – Sur le Puy-de-Dôme, entre 350.000 et 400.000 compteurs communicants vont être déployés jusqu’au début de l’année 2022. 50.000 ont été installés depuis septembre 2016, principalement au nord et au sud de l’agglomération. Pour Clermont-Ferrand, on débutera d’ici septembre. Il faudra trois ans pour couvrir la ville.

I – Quels sont les avantages de Linky ?
J.-C. H. – Ce compteur permet de communiquer les index de consommation sans déplacement d’un technicien, donc de facturer les clients sur la base d’une consommation réelle. Deuxième avantage : certaines opérations peuvent être effectuées à distance, comme la mise en service ou le changement de puissance. Leur coût va donc diminuer. Troisième avantage : le compteur disjoncte en cas de surtension ; ce qui est une sécurité de plus dans le domicile. Enfin, Linky nous permet de détecter plus précisément les défaillances sur le réseau, donc d’accélérer les délais d’intervention.

I. – Le compteur fait polémique… Il existe quelques collectifs d’opposants assez actifs.
J.-C. H. Complètement. Qu’on se pose des questions, c’est normal. Mais les blogs ne véhiculent souvent qu’un seul son de cloche, celui des « anti », avec des messages tronqués ou exagérés. Un exemple : les compteurs communicants auraient été refusés par l’Allemagne. C’est faux : la grosse différence, c’est qu’en Allemagne, les compteurs appartiennent aux fournisseurs. Dans un souci d’économie, ils ont privilégié les gros consommateurs, comme l’industrie. Mais il y a quelques semaines le Gouvernement a pris la décision de les généraliser. Et ça, personne ne le dit !
Linky émettrait également des ondes nocives… Or, la transmission des données se fait par le réseau électrique. Ensuite, le champ électromagnétique émis par le compteur est inférieur aux compteurs existants, soit 800 fois moins qu’un sèche-cheveux ou 1200 fois moins qu’un fer à repasser. Et il n’est plus mesurable à 1 m. L’association Robins des Toits a reconnu que le risque était infime.
Concernant l’atteinte à la liberté et à vie privée, Linky communique grosso-modo les mêmes données que le compteur actuel, mais plus fréquemment. Même la Ligue des Droits de l’Homme a établi que le risque était nul. Enedis ne transmet ces données qu’au fournisseur. Ce processus est extrêmement contrôlé. Concernant le risque de piratage, il faut savoir que la transmission d’informations est bloquée en cas de tentative d’intrusion. Troisième polémique : les incendies… Ça peut arriver avec Linky, mais pas plus que sur un autre appareil. Les polémiques sont donc en train de s’éteindre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.