Julie Duvert veut renverser la table

Julie Duvert veut renverser la table
: « Je reste convaincue que lorsque les projets ne sont pas portés collectivement, ils ont peu de chance de réussite », affirme Julie Duvert.

La vie politique n’est pas un long fleuve tranquille, loin s’en faut. Et les municipales de 2020 aiguisent déjà les appétits. A l’image de Beaumont, où le maire Alain Dumeil risque de retrouver sur sa route Jean-Paul Cuzin, son premier adjoint, à Chamalières aussi, le maire sortant, Louis Giscard d’Estaing (l’intéressé n’a pas encore annoncé officiellement qu’il briguait un nouveau mandat) risque de se confronter à son ancienne adjointe en charge de la démocratie de proximité, Julie Duvert. Celle-ci a annoncé cet été son intention de se présenter comme tête de liste aux prochaines élections municipales de la ville après avoir reçu « le soutien » (et non l’investiture) de La République en Marche. Toujours conseillère municipale et élue à la Métropole, cette candidature est guidée « par une réelle volonté de changement afin d’accroître l’efficacité du service public », assurer la maîtrise des dépenses et faire en sorte que « le bien commun prévale sur les intérêts particuliers et les égos. »

Estimant que la politique locale ne répond plus aux attentes de la population qui demande plus de concertation, de rigueur et d’exemplarité, Julie Duvert précise que ses dix années d’engagements publics et citoyens au sein de diverses structures sont un atout… « Cette proximité avec les Chamaliérois m’a permis d’entendre et d’intégrer leurs attentes : mon programme en sera la réponse », promet-elle.  

L’élue affirme que les habitants de la ville seront d’ailleurs pleinement associés tout au long de la campagne afin de coconstruire ensemble un projet d’avenir pour Chamalières. « Je reste convaincue que lorsque les projets ne sont pas portés collectivement, ils ont peu de chance de réussite ». En s’appuyant sur les talents, celle qui se dit « en phase avec les valeurs portées par la République en Marche », souhaite constituer une liste de rassemblement au-delà de tout clivage politique, regroupant des personnes de toutes sensibilités mais « en dehors des extrêmes. »

Julie Duvert refuse d’instruire une campagne de dénigrement à l’encontre de Louis Giscard d’Estaing. Elle met en avant « une vision différente » de l’action publique locale : « j’ai une autre conception du sens de l’engagement au sein d’une collectivité et du management d’une équipe. Je considère qu’être élue, c’est avoir reçu la confiance de la population pour la représenter et défendre ses intérêts… »

Evoquant également la motivation et les compétences de sa future équipe, la jeune femme indique qu’elle présentera cet automne les grands axes de ses projets pour la ville.