Ce qu’il faut retenir des vœux de la CCI du Puy-de-Dôme

Ce qu’il faut retenir des vœux de la CCI du Puy-de-Dôme
: Claude Barbin était entouré de ses vice-présidents et de nombreuses personnalités. Il a également remis la médaille de la CCI à Michel Pécher pour ses actions et son soutien aux entreprises du département.

Tradition oblige, la Chambre de commerce et d’industrie du Puy-de-Dôme, par l’intermédiaire de son président Claude Barbin, a présenté ses vœux le 24 janvier. Des chefs d’entreprises et de nombreuses personnalités étaient rassemblés dans les locaux de CCI Formation, à La Pardieu, à Clermont-Ferrand. Morceaux choisis…

La dynamique économique du territoire. Jetant un coup d’œil dans le rétro, Claude Barbin a salué tour à tour l’inscription de la Chaîne des puys/Faille Limagne à l’UNESCO, le lancement du Hall 32 par Michelin, le congrès national de l’Ordre des experts-comptables, le projet Effervescences, le Sommet de l’élevage, les 60 ans du circuit de Charade, les vins du territoire ou encore la marque Auvergne.

Le budget des CCI. Pour toutes les chambres du territoire, ce fut « l’année horribilis », a souligné Claude Barbin avec une baisse des subsides de l’Etat de 150 millions d’€ en 2018 et de 200 millions d’€ actés pour 2019 et 2020. S’il respecte la décision des tutelles, le président estime que ce choix est contre-productif. Pour la CCI, cela va engendrer une baisse de la moitié de ses ressources.

Les grands dossiers structurels. « Nous avons pris des décisions drastiques pour 2019 », a posé d’emblée le président. La CCI va vendre ses différents biens immobiliers : les bâtiments du boulevard Lavoisier et de La Pardieu à Clermont, mais aussi les locaux de Thiers, Ambert et Mozac-Riom. « Pour ces trois dernières villes, nous serons locataires. » En ce qui concerne Clermont, toutes les activités vont être recentrées d’ici deux ans dans un nouveau bâtiment implanté avenue de la République « en cohérence urbaine avec Clermont Auvergne Métropole ». Il permettra de « faire des économies, de créer des synergies avec d’autres partenaires pour développer de nouveaux centres de profits. »

Outre la poursuite et le développement de la coopération avec la Métropole, mais aussi les communautés de communes du département, l’Ecole supérieure de commerce, qui fête ses 100 ans cette année, va être accompagnée à travers la création d’une « SAS ESC-CCI » largement dotée par la chambre. Cette dernière en sera l’actionnaire majoritaire.

Un changement de nom. Afin de mieux épouser son territoire, la CCI du Puy-de-Dôme va changer de patronyme pour devenir « CCI du Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole ». Il s’agit selon Claude Barbin « d’ancrer notre responsabilité collective auprès de tous les secteurs économiques urbains et ruraux du département » mais aussi « d’apporter toute cette riche contribution à Auvergne Rhône-Alpes ». Pour lui, avec ce nouveau nom, la CCI sera visible au même titre que les autres chambres métropolitaines de la grande région.

Les challenges 2019. La baisse des dotations va imposer dès le mois de février la mise en place d’un groupe de travail « chargé d’étudier les différents scénarii. » La perte de ressources conduira à facturer aux entreprises certains services. « L’offre publique gratuite de services va être complétée par une offre commerciale payante, adaptée aux besoins des sociétés », a souligné Claude Barbin, avant d’annoncer la création d’un nouvel « espace business ».

La CCI soutiendra les actions menées par l’association Objectif Capitale (celle-ci se bat pour améliorer les dessertes ferroviaires et aériennes Clermont/Paris). « Depuis le 31 janvier, le wi-fi est en place dans tous les trains. »

La chambre accompagnera enfin toutes les entreprises dans leur volonté d’appréhender la transformation numérique. Avant de saluer ses équipes, Claude Barbin a promis de consacrer à tous ces sujets « une énergie totale » et ce, grâce à une « volonté intacte ».