CFA, mode d’emploi

CFA, mode d’emploi
©Industrieblick – stock.adobe.com0

La France compte 2 700 centres de formation d’apprentis (CFA) délivrant des diplômes du CAP au Bac pro et parfois supérieurs. Comment y entrer, pour quel métier ? Mode d’emploi.

Les centres de formation d’apprentis (CFA) dispensent un enseignement général et technique en complément de la formation pratique reçue dans les entreprises. Les apprentis peuvent y préparer un CAP, un brevet professionnel, un bac pro, un BTS mais aussi des diplômes de niveau supérieur.   Ces formations en alternance s’appliquent à de nombreux métiers : alimentation, commerce, hôtellerie-restauration, tourisme, services à la personne, secteur automobile, électronique… Et bien sûr, le BTP qui représente à lui seul 17 % des 430 000 apprentis en France !   Pour devenir apprenti, il faut être âgé de 16 ans (ou d’au moins 15 ans, à condition d’avoir fini sa scolarité au collège en fin de 3e, ou à la fin de l’année civile) à 30 ans. Une fois fixé sur le métier vers lequel s’orienter, le futur apprenti doit trouver une entreprise d’accueil. Une démarche pas toujours aisée. Il est donc conseillé de s’adresser aux chambres de métiers ou de commerce et d’industrie, aux syndicats professionnels du métier envisagé, de se renseigner auprès de Pôle emploi, de consulter le site internet de sa région ou d’envoyer directement sa candidature aux entreprises.

Un salaire progressif

Les CFA proposant la formation recherchée peuvent aussi apporter une aide efficace dans la quête d’une entreprise. Avant de l’avoir trouvée, il est toujours possible de se préinscrire dans un CFA mais l’inscription officielle n’interviendra qu’une fois le contrat d’apprentissage signé avec l’employeur. Mieux vaut donc entamer les démarches quelques mois à l’avance.   Avec le statut de jeune salarié en entreprise, sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage, l’apprenti passe en général deux semaines en formation pratique dans l’entreprise pour une semaine au CFA où il effectue de 400 heures (seuil abaissé à 150 heures dans la nouvelle loi) à 75 heures minimum dans l’année, selon le diplôme préparé. Un tiers de ces heures en CFA est consacré à l’enseignement technologique et technique en atelier, les deux-tiers restants étant consacrés aux maths, français, langues…   L’apprenti touche un salaire dont le montant est progressif en fonction de l’âge et de l’année d’études : de 25 % du smic de 15 à 17 ans en 1ère année, à 78 % du smic pour les plus de 21 ans en 3e année. 70 % des apprentis trouvent un emploi dans les sept mois après l’obtention de leur diplôme. Un jeune sur deux reste dans l’entreprise où il était apprenti.