Ce qu’il faut retenir de la rentrée du CROUS

Ce qu’il faut retenir de la rentrée du CROUS
Pour Jean-Jacques Genebrier, le prochain chantier prioritaire pour le Crous concernera la réhabilitation et la réorganisation de ses sites de restauration.

Avec la rentrée étudiante, le CROUS Clermont Auvergne est à pied d’œuvre. Entre nouveautés, exposition culturelle et réhabilitation de résidences étudiantes, son directeur général, Jean-Jacques Genebrier, fait le point sur les dossiers en cours. 

La Contribution vie étudiante et de Campus (CVEC). Ce dispositif nouveau, mis en place l’année dernière, permet d’instaurer des actions au bénéfice des étudiants et ce, aussi bien dans le domaine social que culturel, le sport ou la santé. « C’est quelque chose d‘important car elle permet d’avoir des fonds nouveaux. A l’échelle du Crous, le montant atteint 330.000 euros. Cela va nous donner des moyens pour faire plus de choses en direction de la vie étudiante. Par exemple, nous allons doubler l’enveloppe de culture action ou encore financer des projets sur des sites délocalisés », indique Jean-Jacques Genebrier. Rappelons que la CVEC est une contribution préalable à l’inscription à l’Université. Son montant est de 91 € cette année. Mais les étudiants boursiers sont exonérés de son paiement.

Les chantiers de réhabilitation des bâtiments. Depuis 2012, le Crous Clermont Auvergne réhabilite un bâtiment par an, auquel il consacre une enveloppe budgétaire comprise entre 5 et 6 millions d’€. Au début de l’année, le bâtiment B, situé à Dolet, a subi une importante cure de jouvence. L’inauguration a eu lieu au mois de mai. « En cette rentrée, nous débutons le chantier de notre résidence historique Amboise, située sur le site de Carnot, dévoile le directeur. Nous aurons un traitement particulier de ce bâtiment et le résultat sera, je pense, de grande qualité. » La livraison de cet ensemble de 104 chambres et 23 studios est prévue à l’été 2020. Pour Jean-Jacques Genebrier, ces investissements sont nécessaires. « L’attractivité de l’Université Clermont Auvergne dépend aussi de la qualité du logement étudiant que l’on peut proposer. » Après Amboise, la dernière résidence du parc immobilier à rénover sera le bâtiment C de Dolet.

La restauration universitaire. Le prochain chantier prioritaire pour le Crous concernera la réhabilitation et la réorganisation de ses sites de restauration. Réaménagement à Dolet, augmentation des capacités du site de l’UFR de médecine à Dunant, où « existe une très forte demande », création d’une seule cuisine centrale à l’échelle de l’agglomération (elles sont deux actuellement NDLR) font partie des projets envisagés. Pour la future cuisine centrale, le site d’Aubière est en pole-position, « à l’échéance de 8-10 ans environ. » Le Crous a également entamé une réflexion pour la création de boutiques de restauration rapide, mieux adaptées aux contraintes horaires des différentes facultés et écoles.

Le développement du menu à points. Il a été lancé l’an dernier aux Restos U le Dunant, au Clos Saint-Jacques, ainsi qu’à Aurillac. « Tout le monde n’a pas envie de prendre un plat, une entrée et un dessert. Ce menu permet d’apporter plus de souplesse. Les étudiants gèrent comme ils le souhaitent suivant leur faim du jour et leur envie », explique Jean-Jacques Genebrier, qui rappelle que le Crous Clermont Auvergne sert 1,2 million de repas par an sur ses différents sites.       

La rentrée culturelle. Durant tout le mois de septembre, l’organisme accueille Antony Squizzato pour une résidence d’artiste. Celui-ci peint la fresque « kisses in motion » à l’entrée du restaurant, à Dolet, en s’inspirant du thème du baiser. Ce projet, qui associe Etudes et Chantiers et la compagnie Daruma, réunit des étudiants volontaires. L’inauguration est prévue le 3 octobre, à 18h. « Le Crous est un acteur culturel sur la ville. Chaque année, nous proposons un programme en accès gratuit pour les étudiants », précise le directeur général.