Algérie : la parole libérée

Le documentaire « Retour en Algérie » du réalisateur Emmanuel Audrain sera projeté dans plusieurs cinémas du département du 6 au 8 octobre. Il sera suivi de rencontres et de débats.

Algérie : la parole libérée
« Il faut investir dans la recherche de la paix » E. Audrain

Ils étaient là. Ils ont vu des horreurs. Ils en ont parfois été les victimes, parfois les au-teurs. Mais pendant 50 ans, ils se sont tus. Aujourd’hui, des anciens appelés d’Algérie ont décidé de parler pour crier leur horreur de la guerre, leur impuissance à l’époque et se libérer du poids de la culpabilité. Quelques-uns ont même décidé de ne pas toucher leur retraite de combattant. Alors, ils redistribuent les sommes à des associations d’Algérie. « Cet argent était taché de tout le sang coulé en Algérie, chargé de toutes les souffrances infligées au peuple algérien. Cet argent, je n’en voulais pas pour moi, mais je voulais qu’il soit utile à ceux que nous avions fait souffrir » témoigne Rémi Serres, un agriculteur du Tarn.

Un documentaire de 52 mn

Le réalisateur breton Emmanuel Audrain a été tellement touché par la démarche de l’association des « Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre » (4ACG) qu’il a décidé de lui consacrer un documentaire. Dans ce film de 52 minutes, intitulé « Retour en Algérie », les anciens témoignent, parfois les larmes aux yeux, de ce qu’ils ont vécu entre 1954 et 1962. « Les cris des torturés – pendant des mois – c’est vraiment ce qu’on a vécu de plus dur » souligne Pierre Rambaud, un syndicaliste ouvrier. « Le plus dur pour nous ce n’est pas tant ce que nous avons fait… que ce que nous n’avons pas fait » regrette un autre combattant. Simone de Ballardière, veuve du général qui dénonça la torture en 1957, encourage ces hommes à se livrer, à se libérer. A des jeunes, elle lance : « Apprenez à désobéir ! Apprenez à dire non ! »

Projections du 6 au 8 octobre

 

Algérie : la parole libérée
Rémi Serres, retraité dans le Tarn, refuse de toucher sa retraite d’ancien combattant. « Pour moi, cet argent était taché de sang » © Photo extraite du film

« Quand les anciens viennent voir le film, parfois avec leurs épouses, c’est très douloureux. Certains se demandent à quoi ça sert, car le film parle beaucoup des exactions de l’armée française. Mais ce film ne dresse aucun bilan. Il parle du retour de ces hommes vers leurs 20 ans et ce voyage passe par l’Algérie et la parole » insiste Emmanuel Audrain, également réalisateur du « Testament de Tibhirine ».
« Ce film est très important pour lancer une discussion, faire réfléchir les gens » ajoute Gérard Martin, responsable auvergnat de l’association 4ACG, qui tiendra son assemblée générale à Saint-Sauves en 2015. « Retour en Algérie » sera projeté au Ciné Capitole à Clermont-Ferrand le lundi 6 octobre à 20h15 ; au Cinéma Lux à Riom le 7 octobre à 14h, 17h et 20h30 et au cinéma Le Monaco à Thiers le mercredi 8 octobre à 20h30. Les projections seront suivies d’un débat, en présence du réalisateur. Renseignements : http://retourenalgerie-lefilm.com/

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.