Edito

A Paris, Nadal n’a pas que des amis. Il compte aussi des adversaires et quelques détracteurs inattendus…

Il a couru, servi, retourné, combattu sur les courts de Roland-Garros. Vaincu des adversaires décidés, plié mais rarement rompu. Il a gagné encore et toujours, accumulé les titres, soulevé la Coupe Des Mousquetaires. Rafael Nadal est bien plus qu’un prince sur la terre battue parisienne : il est un roi sans égal dont la suprématie s’étend sur plus d’une décennie. Cette année encore, revenu de l’ombre, il tentera d’ajouter une ligne à son palmarès, visant un dixième sacre. Un score presque inimaginable tant les règnes sportifs sont éphémères, tant l’âge est un adversaire sans scrupule qui a raison des plus ambitieux. Face à lui, un autre ogre, un tyran absolu, un souverain serbe qui ne souffre pas la moindre contestation et écrase, de sa raquette, les tentatives de rébellion : le numéro un mondial Novak Djokovic. Sans oublier les velléitaires helvètes, le « vieux » Federer et le surprenant tenant du titre Wawrinka, ou encore l’Écossais Murray, couronné récemment à Rome.

Roselyne au filet

Mais voilà que s’annonce un autre bras de fer pour l’infatigable ibérique : il ne se jouera ni sur le central, ni sur le court Suzanne-Lenglen… D’un côté, le musculeux champion ; de l’autre, une ancienne ministre des sports qui n’a pas sa langue dans sa poche : Roselyne Bachelot, plus connue pour ses gaffes à répétition que pour son bilan politique.
Reconvertie en personnage médiatique de troisième ordre, à moins que ce ne soit de troisième âge, elle a accusé le champion de dopage. Sans argument à avancer, juste pour faire le buzz, au beau milieu de chroniqueurs ravis de l’aubaine…
Nadal, évidemment, n’a pas apprécié et a décidé de retourner la balle devant les tribunaux. Premier set prévu en ce mois de juin lors de l’audience initiale qui tient lieu de conciliation avant une balle de match qui devrait se jouer à l’automne. D’ici là, Roselyne Bachelot a tout intérêt à travailler son service.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.