La slackline : garder l’équilibre en s’amusant

La slackline : garder l’équilibre en s’amusant
©Kasto – stock.adobe.com

Activité physique qui fait travailler l’équilibre, la slackline (traduisez corde lâche) séduit toutes les générations. Pas besoin d’être acrobate pour profiter de ses bienfaits.

Ne vous laissez pas impressionner par ces vidéos de jeunes champions qui jouent les funambules à des hauteurs impressionnantes sur des distances qui le sont tout autant ! Née aux États-Unis dans les années 80, la slackline a d’abord été pratiquée par un public jeune à la recherche de sensations fortes. En s’exportant dans de nombreux pays, elle a séduit d’autres générations, y voyant un moyen abordable de pratiquer une activité physique en s’amusant.

Ludique et technique

Le principe de la « corde lâche » est de relier deux poteaux ou deux arbres par une sangle, tendue mais pas trop, à une hauteur de 50 cm et de rallier les deux points en marchant dessus. Pour les débutants, il est recommandé d’opter pour une slackline d’une largeur de 5 cm et longue de 13 au 15 mètres. On en trouve aisément dans les magasins de sport.

La slackline se pratique surtout en extérieur mais peut aussi se décliner en intérieur. Pour les seniors, c’est un moyen ludique de travailler l’équilibre. Liliane (69 ans) a découvert cette discipline dans le cadre des Printemps sportifs à Limoges. « Des soucis de santé m’ont rendue sujette aux vertiges, témoigne-t-elle auprès de France 3 Limousin. En essayant la slackline, j’ai pris confiance au fil des séances. Ça m’aide au quotidien, je me sens plus à l’aise pour descendre un escalier sans m’appuyer sur la rampe ».

La slackline : garder l’équilibre en s’amusant
©M. Siegmund – stock.adobe.com

Concentration et coordination

S’il n’est pas évident pour tout le monde de poser un pied devant l’autre sur une sangle instable, il est plus facile de progresser après un bon échauffement au sol en guise de préparation et quelques aménagements de l’installation.

Pour les seniors, deux cordes sont installées parallèlement : une pour le pied droit, l’autre pour le gauche. Cela permet d’avancer plus confortablement et en sécurité, en donnant la main d’une personne qui marche à côté sur le plancher des vaches. Autre alternative, une seule sangle près du sol et une autre tendue au-dessus, équipée d’une corde coulissante dont on tient chaque extrémité dans les mains pour se stabiliser en avançant. Il est également possible de s’aider avec des bâtons.

Les objectifs : garder l’équilibre, travailler la concentration et la coordination, solliciter de nombreux muscles. Sans oublier qu’une demi-heure d’activités physiques par jour suffit à générer des bienfaits pour la santé.

APEI-Actualités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.