Alpine Première Edition : le retour du mythe

Alpine Première Edition : le retour du mythe

Les fans en rêvaient, Renault l’a fait ! Enfin, pas tout à fait, puisqu’il s’agit d’Alpine, une marque à part entière au sein de l’alliance désormais. Mise en régime thématique du côté d’Aix-en-Provence.

Le Design / L’intérieur

Des motards qui vous croisent en levant le pouce, des automobilistes qui vous font des appels de phare, des passants qui se retournent au passage de la voiture… Des signes qui ne trompent pas. Dire que cette Alpine jouit d’un joli capital sympathie est un doux euphémisme. Les concepteurs ont réalisé un beau tour de force en conjuguant l’esprit historique de l’Alpine A110 et les lignes modernes de cette version contemporaine dénommée Première Edition. « Chaque étape franchie a été une source de fierté », reconnaît Anthony Villain, le chef designer. Les clins d‘œil à l’illustre ancêtre sont nombreux : une ligne de fuite tombante, des flancs creusés, la lunette arrière 3D, les 4 projecteurs à l’avant, le cuir matelassé, le compteur cerclé de la Berlinette… Autant d’éléments qui se marient avec des équipements actuels : les leds, la fibre de carbone, une console centrale légère et épurée… Sans oublier de magnifiques sièges baquets qui ne pèsent que 13 kilos ! Conçue « pour le plaisir de conduite », cette Alpine est plutôt compacte avec 4,18m de long, mais large (1,80m) et très basse (1,25m de haut), ce qui lui confère une excellente assise sur la route et un centre de gravité très bas. Stricte deux places, avec un coffre sous le capot avant (et un mini à l’arrière), on ne se sent étonnamment pas enfermé dans l’habitacle. Les grands gabarits d’1,90m pourront même déployer leurs jambes sans souci.

Alpine Première Edition : le retour du mythe

Le Moteur / Les performances

Pour propulser sa bombinette, Alpine a choisi un 1.8l turbo, qui développe la puissance de 252 ch à 6000 tr/ms. Rien d’extraordinaire sur le papier mais la voiture est légère. Extrêmement légère. 1.103 kilos sur la balance pour cette Première Edition qui dispose d’une carrosserie tout en aluminium. Le fauve bénéficie donc d’un rapport poids/puissance très favorable. Ce bloc, installé en position centrale arrière, est associé à la boîte EDC à double embrayage à 7 rapports, plutôt rapide et efficace. L’électronique gère tout. Il n’y a qu’à écraser la pédale d’accélérateur avec le pied droit et se concentrer sur la conduite. Les ingénieurs ont également travaillé la sonorité du moteur, sans utiliser d’artifice. Résultat ? Un joli son rauque qui met immédiatement dans l’ambiance. L’Alpine abat le 0 à 100 km/h en 4,5 secondes seulement ! Grâce à son vrai fond plat, elle peut filer sur circuit à 250 km/heure. Anecdotique aujourd’hui me direz-vous…
La conduite : Bon, il faut bien l’avouer. Prendre le volant de ces tous premiers modèles produits fut un vrai privilège. Le cœur bat (presque) la chamade et la gorge se noue. Et oui, le plaisir automobile existe bel et bien en dépit de ce que certains autophobes voudraient nous faire croire. Ce qui est bluffant avec cette Alpine, c’est sa polyvalence, aussi à l’aise pour aller faire ses courses le matin que pour se déchaîner sur circuit l’après-midi. Sa facilité de conduite impressionne également. La belle Bleue pardonne tout ou presque. Pas vicieuse pour un sou, elle enroule les courbes, efface les virages avec une efficacité diabolique. Elle glissera même légèrement de l’arrière si vous vous êtes montrés trop optimiste. Trois modes de conduite sont proposés : normal, sport et « track » pour le circuit. Sur le tracé sinueux, vallonné et bosselé du circuit de Sambuc, près d’Aix-en-Provence, bien difficile de la prendre en défaut. Le châssis pourrait supporter 50 canassons supplémentaires sans problème, et grâce à son poids plume, venir titiller de (très) grosses teutonnes à la cavalerie bien supérieure. Mais la marque vient tout juste de renaître, chaque chose en son temps…

Alpine Première Edition : le retour du mythe

Le prix / La disponibilité

Alpine a produit 1955 exemplaires de cette Première Edition, déjà tous réservés. Une petite moitié de conducteurs français aura le plaisir d’en prendre le volant, le reste étant dévolu aux marchés étrangers. Cette A110 est disponible en deux versions : « Pure » et « Légende ». Son prix ? 58.500 €. Pas à la portée de toutes les bourses certes mais les prestations sont largement à la hauteur. Et puis un coup de cœur n’a pas de prix, c’est bien connu… Forts d’un univers entièrement dédié à la marque, dix-neuf centres Alpine viennent d’ouvrir en France au mois de février, un autre (Narbonne) ouvrira cet été. De quoi déjà aller admirer la belle et susciter de nouvelles vocations…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.