Entretenir sa santé, c’est bouger au quotidien

Entretenir sa santé, c’est bouger au quotidien
Vélo en famille : ©Laiotz – stock.adobe.com

Entretenir sa forme passe par une alimentation saine et équilibrée. Néanmoins, rester en bonne santé est aussi intimement lié à la nécessité de bouger au quotidien. Explications.       

Adopter un mode de vie actif qui limite au maximum la sédentarité, délaisser le canapé et les écrans pour faire travailler ses muscles. C’est en substance le message que le Programme National Nutrition Santé diffuse depuis 18 ans auprès du grand public.   

La préconisation du PNNS se veut pédagogique et bienveillante. Que vous soyez un enfant, un ado, un adulte, que vous soyez valide ou en situation de handicap, cet outil de référence délivre des conseils avisés, notamment via le site www.mangerbouger.fr, pour que chacun, quelles que soient sa condition et ses capacités, puisse prendre soin de sa santé grâce à une activité physique.   

Cette activité, indique le programme, peut être réalisée dans le cadre des loisirs, mais également dans le cadre des trajets quotidiens, du travail ou des tâches domestiques. Ainsi, le fait de jardiner, de bricoler ou de passer l’aspirateur peut parfaitement contribuer à vous maintenir en forme, autant que chausser ses baskets pour aller courir ou prendre le vélo pour se rendre au bureau.

Entretenir sa santé, c’est bouger au quotidien
©BlueSkyImages – stock.adobe.com
Course à pied : ©lzf Fotolia

30 MINUTES D’EXERCICE QUOTIDIEN

L’objectif, selon les experts, est d’arriver à 30 minutes d’exercice quotidien et ce, au moins 5 jours par semaine. La régularité est primordiale, confirme la Fédération Française de Cardiologie. « Dans la semaine, mieux vaut sept sessions de 30 minutes qu’une seule de 210 minutes », précise l’association. Pour y parvenir, l’idéal est de marcher, souligne l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui résume l’effort demandé à 10 000 pas chaque jour.    

Bouger serait donc l’assurance de garder son tonus le plus longtemps possible. Cela serait en outre un rempart non négligeable face à certaines maladies. Une étude a été publiée dans ce sens par la revue médicale The Lancet. Menée sur 130 000 personnes âgées de 35 à 70 ans, suivies pendant sept ans dans 17 pays du monde, elle a démontré « à une échelle globale », que l’activité physique permet de réduire de 20 à 30% les risques de mortalité liés à des maladies cardiovasculaires.

APEI-Actualités. Louis-Cyril Tharaux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.