Trois questions à Jackson Richardson

Demi-centre de l’équipe de France de handball, dont il fut longtemps le capitaine, Jackson Richardson a également été élu meilleur joueur du monde en 1995. Actuel entraîneur de l’équipe de Dijon, qui a rencontré celle de Limoges à deux reprises, il était invité à inaugurer le nouveau gymnase Henri Normand.

Trois questions à Jackson Richardson

Info: Que pensez-vous de ce nouveau gymnase ?

Jackson Richardson : C’est une bonne opportunité d’avoir une telle installation dans un quartier tel que celui-ci, situé en périphérie de la ville, car ce gymnase va permettre aux jeunes du secteur, mais également des communes voisines, de s’exprimer. Dans l’histoire de la discipline, il y a plusieurs exemples de stars qui se sont construites dans des quartiers qualifiés de «défavorisés». Cette installation devrait également permettre de valoriser l’environnement du quartier en permettant aux jeunes d’apprendre et prati-quer un sport, mais à travers lui, le code de la vie et le respect des autres, ainsi que les notions de partage et de solidarité propres à toutes ces disciplines. Il est toujours préfé-rable que des jeunes puissent s’exprimer à travers une activité sportive. La proximité d’un équipement sportif facilite l’assiduité aux entraînements, car on ne progresse qu’en travaillant dur.

I: Quelles sont les qualités de cette salle ?

J. R.: La présence des tribunes de chaque côté du terrain est une bonne initiative, car cela permet aux joueurs de pleinement s’exprimer. Dans les anciennes salles, avec des tribunes d’un seul côté, nous avons le sentiment de ne jouer que dans une seule direction. Lorsqu’il est installé de part et d’autre du terrain, le public peut mieux vivre le match. Il a une bonne vision de toutes les actions des joueurs et peut surtout encoura-ger plus facilement les athlètes. La capacité d’accueil de cette nouvelle salle permet également de promouvoir la discipline. A travers les nombreux titres qu’elle collec-tionne, l’équipe de France contribue à la médiatisation de notre sport. Malgré cela, le handball continue de véhiculer l’image un peu trop réductrice d’un sport scolaire. Nous devons améliorer la représentativité de nos sportifs nationaux, comme a su le faire l’Allemagne, l’Espagne ou les pays nordiques, qui affichent fièrement et communiquent plus sur les exploits de leurs équipes nationales.

Trois questions à Jackson Richardson

I: Que pensez-vous de l’équipe de Limoges, promue en ProD2 ?

J. R.: C’est une équipe qui mérite largement d’évoluer à ce niveau là. Elle a su dé-montrer ses qualités, en allant chercher le titre l’an dernier, face aux meilleures équipes des autres poules. Les joueurs ont du potentiel, tant sur le plan individuel que collectif et cette nouvelle salle devrait faciliter l’épanouissement de leurs qualités. Le club de Limoges contribue a promouvoir la discipline, mais également l’image de la ville et des entreprises partenaires de cette équipe à qui je souhaite de parvenir à se maintenir à ce niveau.

Photos © Yves Dussuchaud

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.