Théo Vimpère : « gagner des courses »

Théo Vimpère : « gagner des courses »

Après avoir couru chez les professionnels, Théo Vimpère est revenu cette année dans le peloton amateur, chez la formation auvergnate du Team Pro-Immo Nicolas Roux. Le natif de Limoges dévoile ses ambitions…

Info – Comment s’est effectué ton retour dans le peloton amateur, chez Pro-Immo à Clermont ?
Théo VimpèreDès l’été 2015, j’avais déjà été en contact le patron de l’équipe, Nicolas Roux, car depuis mon entrée au pôle espoirs de Guéret, à l’âge de 15 ans, j’ai de très bons rapports avec le coureur Sylvain Georges. Je connaissais bien Pierre Bonnet aussi, avec qui l’on partage la même vision du vélo. Bref, tout ça me donnait envie de rejoindre le team. Je suis quand même resté chez Auber 93 en 2016 mais ce fut certainement l’année de trop. J’avais perdu la motivation, avec un manque de plaisir évident sur le vélo. Très tôt dans la saison, j’ai su que je rejoindrai Pro-Immo en 2017. Mon contrat porte pour l’instant sur une année.

I. – Pas trop déçu d’avoir quitté les professionnels ?
T. V.Non. Nous avons chez Pro-Immo une très bonne équipe et il n’y a qu’une division d’écart avec ma précédente formation. Je suis très content d’avoir intégré le team, aussi bien dans l’ambiance que dans la façon dont on est dirigés par Nicolas (Roux) et Jean-Philippe (Duracka). Ils nous laissent une grande liberté. Dans ce groupe aguerri, nous savons ce que nous avons à faire. En course, on se retrouve vite, on court groupés. Sur les premières épreuves au mois de février, je pense que nous avons manqué un peu de chance. Et puis nous avons rencontré des coureurs qui habitent dans le sud de la France. Ces derniers avaient déjà beaucoup plus de kilomètres dans les jambes que nous à ce moment-là de la saison.

I. – Comme juges-tu l’équipe d’un point de vue sportif et le club en général ?
T. V. – Nous avons une équipe compétitive, avec un gros noyau homogène et performant. Personne n’en garde sous la pédale et nous faisons confiance au type qui est devant. Je pense que l’on va faire de belles choses cette saison. Sinon, en termes de matériel, Pro-Immo n’a rien à envier à une équipe Continentale. Nous disposons de vélos BMC SLR01, équipés de jantes Zipp et de pneus Michelin. Par rapport au Mavic, je suis nettement plus en confiance avec les Michelin. En descente, c’est l’attaque maximale.

I. – Tu es considéré comme l’un des leaders, si ce n’est le leader de l’équipe, est-ce un rôle qui te convient ?
T. V.Je pense être l’un des six fers de lance du team. Nous sommes à peu près du même niveau et nous avons chacun nos caractéristiques. On verra au fil de la saison mais ce rôle de leader va tourner.

I. – Quelles sont tes ambitions cette saison ?
T. V.Gagner des courses à titre personnel mais aussi que l’équipe remporte un maximum de victoires. J’espère que l’on va prendre également beaucoup de plaisir sur le vélo.

I. – Quel type de coureur es-tu ?
T. V.(Il réfléchit…). Je ne suis pas un pur puncheur, ni un pur grimpeur… On va donc dire un puncheur-grimpeur. Je vais être plus à l’aise sur un Châteauroux/Limoges que sur un tour des Quatre cantons.

I. – Quelles sont les épreuves que tu as déjà ciblées ?
T. V.Des courses comme Châteauroux/Limoges justement, le Grand prix de Saint-Etienne, Annemasse/Bellegarde, le tour du pays Roannais et celui du Nivernais-Morvan.

I. As-tu un travail à côté du vélo ?
T. V. – Non, pas pour l’instant. Je vais me consacrer entièrement au vélo lors des prochains mois. En fin de saison, je vais reprendre des formations professionnelles pour intégrer le milieu des pompes funèbres. Avant de passer pro, j’avais déjà travaillé dans ce milieu.

I. – Revenir un jour dans le peloton cycliste professionnel, est-ce toujours un objectif pour toi ?
T. V.Je n’ai pas fermé la porte mais je reste lucide. Il faudrait vraiment que je fasse une très grosse saison pour retrouver le peloton professionnel… Enfin, le vrai peloton pro. Si c’est pour aller dans une équipe Continentale, je préfère rester chez Pro-Immo.

I. – Tu vis toujours dans le Limousin, un endroit où tu as commencé le vélo aussi…
T. V.Effectivement, j’habite à Condat-sur-Vienne. Je fais les allers-retours entre ici et Clermont, où je dispose d’un pied à terre. Sinon, j’ai débuté le VTT à Saint-Bazile. J’ai ensuite intégré le pôle espoirs de Guéret à l’âge de 15 ans, avant de débuter le vélo de route à 19 ans au CRC Limoges.


En savoir plus : Théo Vimpère est le vainqueur des deux dernières éditions (2014 et 2016) de La Poinconnet Limoges (voir page précédente).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.