Migrants, réfugiés, exilés pris au piège du cimetière bleu

Migrants, réfugiés, exilés pris au piège du cimetière bleu
Toile collective / collage réalisée par les élèves avec l’artiste René Bokoul

Du mardi 5 novembre au samedi 7 décembre, La Mégisserie à Saint-Junien propose l’exposition « Bois flottés : le cimetière bleu », réalisée par deux classes du lycée professionnel Edouard-Vaillant de Saint-Junien en collaboration avec l’association Terres de Cabanes.

L’exposition « Bois flottés : le cimetière bleu » trouve son origine en 2017. L’Occident est happé par la question des migrants, qui est au coeur des préoccupations des jeunes gens, affectés par ce qu’ils découvrent et, pour certains d’entre eux, par ce qu’ils ont vécu.

Un projet est donc lancé, retenu et soutenu par les instances académiques et la Drac avec deux classes de Terminale (gestion/administration et commerce) du lycée Edouard-Vaillant de Saint-Junien et leurs professeurs en partenariat avec l’association Terres de cabanes et La Mégisserie : il s’agit de prendre contact avec des établissements scolaires du pourtour méditerranéen, de récolter des bois flottés comme autant d’embarcations de fortune et de corps abandonnés à la mer, de recueillir également des photos des rivages de notre mer commune, des textes écrits par les jeunes des autres rives afin de les réunir dans une exposition présentée à La Mégisserie. Les élèves reçoivent une seule et unique réponse d’un établissement libanais, preuve s’il en est de l’acuité politique de cette question, dérangeante sans aucun doute.

Aventure avortée

Le projet est relancé avec les mêmes partenaires sur l’année scolaire 2018-2019. Deux classes de seconde bac professionnel, préparant à trois spécialités : gestion-administration ; technicien en chaudronnerie industrielle et technicien outillage, reprennent le flambeau. A l’occasion d’un voyage destiné à appréhender les mouvements de population dans l’histoire, avec la « première mondialisation » à la Rochelle (visite de la ville ancienne et du musée du nouveau monde) et à Rochefort (visite de l’Hermione) en début d’année scolaire, des bois flottés sont collectés sur l’ile de Ré. Puis une embarcation et un Zodiac sont récupérés par Terres de cabanes, un partenariat avec cette association – interventions régulières d’Alexia Pereira et Marc Jeannot dans les classes – débouche sur des ateliers d’écriture, des réflexions sur des possibles de scénographies, des enregistrements de témoignages, des rencontres avec Me Malabre, avocat spécialisé

notamment dans le droit des étrangers et de la nationalité, avec le peintre congolais René Bokoul, sous le coup d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français), décision annulée après une mobilisation massive…

L’aventure et la quête de réflexion sur la thématique donneront enfin vie à l’exposition. Une exposition pour prendre le temps de la réflexion dans un contexte de plus en plus tendu, incertain, où les mots migrations, exil, flux migratoires, crise migratoire ; où les chiffres déments des migrants morts noyés en Méditerranée ; où les images choc se succèdent, se superposent, tourbillonnent, sont parfois instrumentalisées.

Bois flottés

Ces bois flottés ainsi qu’une barque échouée, sorte de totem de l’exposition, se feront métaphores des êtres humains qui tentent de passer de la rive d’un continent à une autre rive pour échapper à l’insupportable, bâtir une autre vie, avec, toujours, le poids de l’exil.

L’exposition sera complétée par tout un ensemble d’éléments réalisés et collectés par les élèves : textes, dessins, citations de romans, de chansons, de poèmes, d’essai, des supports informatifs, des témoignages audio de migrants, des photographies.

Seront également présentés des dessins de Manon Rougier (en résidence à La Mégisserie) ainsi qu’une carte des migrations réalisée par l’artiste François Burland et des jeunes réfugiés.

Une exposition comme une bouteille à la mer, pour montrer et dénoncer le destin tragique de toutes ces personnes qui partent sur l’eau pour trouver une terre.

Vernissage mardi 5 novembre à 18h30. Renseignement : 05.55.02.87.98 ou www.la-megisserie.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.