RCF : La laïcité arabe dans « Vies d’Envies »

RCF : La laïcité arabe dans « Vies d'Envies »

Docteur en islamologie, essayiste et libraire, Moulay-Bachir Belqaïd milite avec érudition en faveur de l’adhésion des musulmans à la laïcité afin de s’extirper du marasme, se protéger des errements, des déviances falsificatrices, irresponsables et criminelles que propagent les cellules cancéreuses du wahhabisme. C’est le thême de son pertinent dernier ouvrage, « Réflexions sur la laïcité arabe » (éditions Erick Bonnier) où il s’applique à dénoncer l’hypocrisie, le fanatisme, le sécularisme et les impostures intellectuelles selon lesquelles islam et laïcité seraient incompatibles.

Références historiques, philosophiques et culturelles à l’appui, l’auteur interpelle : « Que S’est-il passé pour que le monde arabo-musulman cesse de parler le langage de la raison ?…  En tant que religion, l’islam n’est pas réfractaire à la laïcité, mais l’est devenu en tant qu’institution. Autrement dit, ce sont les musulmans eux-mêmes et les dictatures militaires et religieuses qui bloquent l’éclosion et l’acceptation de la laïcité.»

De fait, le manque de légitimité des régimes arabo-musulmans génère deux éléments majeurs : la politisation de la religion et la sacralisation de la politique, le premier contribuant à l’effacement de l’essence même de l’Homme, tandis que le second prend Dieu pour une machine à tuer. Face à l’embrigadement, à la peur générée par les alatoyahs politiques et religieux, la construction de la laïcité passe par une lutte sans faille et des débats intellectuels sans concession.

Cet ouvrage fait, en toute logique, suite à « Le voile démasqué » et à « L’amour en islam, de l’enchantement à l’étouffement », où Moulay-Bachir Belqaïd traite de l’aliénation, du contrôle exercé sur les femmes, sur les individus, les corps et les rapports sociaux : « le modèle de la société prôné en islam installe l’homme au centre, tandis que la femme, elle, doit être voilée parce que perçue comme source de déstabilisation alors que l’obligation du port du voile ne repose sur aucun fondement religieux incontestable, aucune règle ostentatoire. »

Un retour à une saine lecture des textes sacrés s’imposerait, ainsi que le suggère l’iman de Bordeaux Tarek Oubrou, républicain et libéral, chantre de l’égalité entre hommes et femmes et d’un islam plus éclairé, moral et spirituel qu’identitaire. Sortir des interprétations fallacieuses, des malentendus, du repli communautariste : un vaste chantier sur la tolérance et le respect de l’autre et l’acceptation des différences qui prendra beaucoup de temps et de conviction, auquel l’invité de ce « Vies d’Envies » s’est attelé à sa manière, avec sincérité.

« Vies d’Envies », de Chris Dussuchaud, sur RCF Limousin : jeudi 6 juillet de 20 h à 22 h, et rediffusion dimanche 9 de 16 h à 18 h (99.6 à Limoges, 100.2 à St-Yrieix, 107.4 à Bellac, 105.8 à St-Junien, 95.8 à Guéret, 89.4 à Aurillac, 91.4 à Brive, 106.9 à Tulle et Egletons, 102 à Ussel, 89.3 à Argentat).

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.