Glaucome : pourquoi faut-il se faire dépis-ter ?

Glaucome : pourquoi faut-il se faire dépis-ter ?

Plus d’un million de Français seraient touchés par le glaucome. Le dépistage peut-il en réduire les risques ?

Deuxième cause de cécité dans les pays développés après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), le glaucome provoque une destruction du nerf optique. Cette maladie chronique et évolutive est responsable d’une diminution progressive du champ de vision. Débutant par la perte de la vision périphérique, elle peut, à plus ou moins long terme, être à l’origine d’une cécité totale. Le glaucome à angle ouvert, qui représente de 80 à 90 % des cas, ne présente pas de symptômes durant sa phase évolutive qui peut durer plus de dix ans, d’où la difficulté de le diagnostiquer. Or, lorsqu’une altération du champ visuel se manifeste, le nerf optique est déjà très gravement endommagé par des lésions irréversibles. Selon les spécialistes, une prise en charge précoce permet de prévenir la progression ou l’apparition d’un déficit du champ visuel. Un dépistage systématique réalisé par un ophtalmologiste est donc préconisé à partir de 45 ans, et dès 40 ans pour les personnes ayant des antécédents familiaux.

Des contrôles réguliers

Cette maladie oculaire grave est associée à l’élévation de la tension intraoculaire (pression à l’intérieur de l’oeil). Quoique totalement indolore, cette tension constamment élevée est l’une des causes majeures de la dégénérescence progressive du nerf optique. Le dépistage du glaucome s’effectue donc par la mesure de la tension intra-oculaire à l’aide d’un tonomètre à air pulsé, mais aussi par des tests de champs visuels et des examens du fond de l’oeil qui permettent d’évaluer l’aspect des fibres optiques et des vaisseaux. S’il n’existe pas de traitement qui guérisse cette maladie chronique, des collyres ou la prise à vie d’un médicament par voie générale permettent de la stabiliser et d’enrayer son évolution. En cas d’échec, le laser et la chirurgie, en dernier recours, peuvent être proposés au patient, mais ces solutions n’excluent pas le traitement médical et un suivi régulier. Face à l’augmentation du nombre de personnes atteintes par cette maladie, la « Semaine mondiale du glaucome », instituée en 2008, vise à informer et à sensibiliser la population sur l’importance d’un dépistage précoce.

Marie Vanhamme
Photos © Thinkstock

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.