Les nouveaux chasseurs de trésors

Ludique et captivant, le geocaching attire de plus de plus d’émules à travers le monde. Ils cherchent les trésors dissimulés par d’autres passionnés…

Les nouveaux chasseurs de trésors
Le jeu Terra Aventura se pratique en famille… (Photo © MalikaTurin / CRT)

Les adeptes du geocaching sévissent à la ville ou à la campagne, en profitant de cette chasse pour découvrir des sites très divers.
Ces chasseurs ne sont pas armés d’une « poêle à frire », mais d’un GPS et d’une carte d’état-major pour tenter de débusquer l’une des caches abritant l’élément d’un grand puzzle planétaire, qui leur permettra de cumuler des points et de partir à la recherche de la cache suivante.
Cette activité est apparue dans les années 2000, lorsque le système de géo-localisation américain s’est ouvert au grand public. Pour tester la précision de ce nouveau service, un informaticien américain a décidé de cacher un seau contenant divers objets, dont un carnet et un stylo. Il a ensuite diffusé les coordonnées de la cache sur internet avec un mot d’ordre simple : « prenez quelque chose, laissez quelque chose ».
Le succès fût instantané, et depuis, des millions de caches sont apparues partout sur la planète en perpétuant la même philosophie.
« En septembre 2016, il y avait 3.338 caches déposées en Limousin, par plus de 257 placeurs », précise Yann Géry, le président de Geocaching Limousi. Il s’est mis à l’activité il y a 6 ans, sous l’impulsion de sa copine et il est, comme beaucoup, très rapidement devenu «addict» de cette activité.
« Pas tant pour la recherche des boites, mais plutôt pour la découverte de lieux insolites », prévient-il. En Limousin, la plupart des caches se trouvent en zone rurales, car elles permettent de mettre en avant le petit patrimoine remarquable ou les sentiers de randonnées.

GRANDE VARIETE DE CACHES

Les nouveaux chasseurs de trésors
Les enfants adorent !… (Photo © MalikaTurin / CRT)

Pour se lancer dans la recherche d’une cache, rien de plus simple, il suffit de se connecter au site « France Geocaching » qui recense toutes les caches et de regarder s’il y en a autour de vous. Il y a toujours une énigme à la clé, ce qui pimente évidemment la recherche.
Les caches sont très variées, mais généralement il s’agit de petites boites dissimulées dans des interstices de mur, aimantées sous un pilier de banc ou dissimulées dans les arbres.
« Il y a toutes sortes de caches, des plus simples, aux multiples, qui permettent d’arriver à la cache finale après être passé par différents points contenant chacun un indice et des « mystery », une énigme complexe, qu’il faut résoudre parfois à l’aide de recherches pointues. Une fois décryptée, l’énigme livre les coordonnées de la cache réelle. De nouvelles caches ont également fait leur apparition, comme les « EarthCaches », qui sont des questionnaires sur des sites géologiques. Ces caches requièrent ensuite d’envoyer les réponses à leur initiateur qui validera ensuite votre découverte. » détaille le président, qui insiste sur l’importance de ne pas dégrader les boites.
« Lorsque l’on découvre une cache, on note son passage sur le carnet qu’elle contient et on peut également écrire un commentaire sur le site internet » ajoute-t-il.

DECLINAISON TOURISTIQUE

Les nouveaux chasseurs de trésors
Les boîtes, aimantées ou pas, se dissimulent facilement…

Cette dimension ludique et pédagogique a séduit les responsables du Comité Régional du Tourisme du Limousin, qui ont été les premiers en France, il y a désormais 6 ans, à créer une activité geocaching à vocation touristique : « Terra Aventura ».
« Il fallait renouveler la manière d’inciter les gens à randonner. J’étais adepte des rallyes des années 70-80 où un parcours était semé d’énigmes permettant de progresser. Nous avons donc associé ces deux produits, en y ajoutant l’outil informatique qui permet de créer de l’interaction au service de la promotion et du développement touristique » explique Pierre Edouard du CRT.
Cet outil est une réussite, puisque, l’an dernier, le site internet a enregistré plus de 31.000 connexions.
« On estime que 130.000 personnes sont passées sur l’une ou plusieurs de nos 160 chasses au trésor, sur des parcours de 3 à 8 km » précise Sophie Marnier, responsable de l’activité.
Au-delà de la découverte de lieux insolites, certains geocacheurs recherchent également des objets à collectionner qu’ils peuvent ensuite comparer ou échanger lors des rassemblements.
« Certaines caches contiennent également des objets voyageurs qu’il faudra contribuer à faire progresser vers l’objectif final » précise Yann Géry, dont l’association organise régulièrement de véritables opération commando de nettoyage de sites, mais toujours dans la bonne humeur.
« Il s’agit avant tout de rendre propre les endroits où l’on cache des boites, mais ces opérations permettent également de nettoyer la nature » insiste-t-il.
Une démarche écologique qui ne peut que séduire ces amoureux des beaux paysages.

Les nouveaux chasseurs de trésors
Les boites contiennent divers objets…
Les nouveaux chasseurs de trésors
Et une feuille sur laquelle on note son passage…

http://geolim.fr/ et http://www.terra-aventura.fr/fr/

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.